"Jusque dans le court central de Roland-Garros, tu joues au tennis parce que tu aimes ça"

·2 min de lecture

Les joueurs et joueuses de tennis de très haut niveau qui vont s’affronter à Roland-Garros dans quelques jours ont appris à se concentrer et à résister à la douleur. Ils détestent perdre et s’entraînent constamment pour acquérir des automatismes. Mais pour atteindre les sommets, il leur faut aussi garder le plaisir de jouer, qui donne de la fluidité, rappelle Bertrand Pulman, auteur de l’ouvrage "Hyperformance".

TENNIS. "Il y a une part de mystère", concède Bertrand Pulman, professeur à l’Université Sorbonne, quand il observe "le feu sacré" chez certains athlètes dont on ne sait pas "s’ils sont nés comme cela, si cela vient de leur éducation ou un peu des deux". Mais ce qui frappe le sociologue ayant naguère étudié les scientifiques et leur passion pour la recherche, avant de passer aujourd’hui à l’observation des sportifs de très haut niveau, ce sont quatre obligations pour passer de la performance à l’excellence : "travail, entraînement, abnégation et implication mentale". C’est ce qu’il explicite dans son livre passionnant "Hyperformance. Ecoutez ce que les champions vous disent" (1), que Sciences et Avenir a déjà évoqué à propos de ... Dans ces pages, on croise tout un peuple impressionnant d’athlètes et d’entraîneurs, que le sociologue, à la manière des anthropologues arpentant l’Amazonie, l’Arctique ou la Guinée-Papouasie, est allé interroger. Et notamment sur un terrain de choix… le court central de Roland-Garros, où l’autorisation lui a été donnée d’assister à des entraînements de champions. C’est pourquoi on retrouve ici des tennismen et tenniswomen à la carrière extraordinaire, dont certains, tels Rafael Nadal ou Roger Federer, joueront de nouveau sur terre battue devant le public français à partir du 31 mai, après les qualifications (à partir du lundi 24 mai, fermés au public en ces temps de Covid-19, voir encadré plus bas). Quels sont les secrets des "hyperformers", capables d’hyperformance, autrement dit de performances au-delà de ce qui est attendu ? Sciences et Avenir a interrogé Bertrand Pulman, qui insiste sur le plaisir qu’il y a à pratiquer le sport.

Sciences et Avenir : L’hyperformer type, c’est Rafael Nadal ?

Bertrand Pulman : Oui, pour moi, c’est Nadal. Avec une capacité de concentration hors du commun, que j’ai pu observer pendant son entraînement. C’est par ailleurs un garçon extrêmement sympathique, qui n’est absolument pas dans un registre où il p[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles