Jusqu’à 14 mois de prison ferme pour des Gilets jaunes incendiaires

Source AFP
·1 min de lecture
Un Gilet jaune a écopé de 14 mois de prison ferme pour des incendies perpétrés au début du mouvement, à Bergerac, en décembre 2018 (illustration).
Un Gilet jaune a écopé de 14 mois de prison ferme pour des incendies perpétrés au début du mouvement, à Bergerac, en décembre 2018 (illustration).

Cinq individus, trois hommes et deux femmes, tous Gilets jaunes, ont été condamnés mardi 23 mars à Bergerac à des peines allant jusqu'à 14 mois de prison ferme pour avoir participé à des degrés divers à une série d'incendies en Dordogne, en décembre 2018, au plus fort du mouvement. Ces trois personnes, âgées aujourd'hui de 30 à 52 ans, étaient poursuivies pour association de malfaiteurs et destruction de biens d'autrui, des faits qui leur ont valu des condamnations à des peines allant de 14 mois de prison ferme pour le principal prévenu à deux ans de prison avec sursis pour deux des mis en cause. Par ailleurs, des peines de 12 mois et 6 mois ferme ont été prononcées à l'encontre de deux autres prévenus.

Ils « voulaient montrer leur mécontentement envers la politique du gouvernement en s'en prenant à tout ce qui touche à l'État », avait déclaré la procureure de Bergerac Odile de Fritsch à l'époque de leur mise en examen en mars 2019.

Des bâtiments publics incendiés

Les mis en cause, de situation professionnelle modeste, sans condamnation à leur passif, s'étaient rencontrés au début du mouvement des Gilets jaunes, lors de rassemblements sur des ronds-points dans l'agglomération bergeracoise.

À LIRE AUSSICet autre visage des Gilets jaunes

Entre le 23 et le 30 décembre 2018, des départs de feu avaient été constatés dans le sud du département : contre une maison des services publics et un centre technique de la communauté d'agglomération du Bergeracois, sur une boît [...] Lire la suite