Jusqu'à six mois ferme contre des policiers pour injures racistes et violences

·1 min de lecture
© AFP

Six policiers ont été condamnés, jeudi à Bobigny, à des peines allant de six à 12 mois de prison, dont six mois ferme pour certains, pour des violences et des injures racistes lors de l'interpellation d'un Égyptien en avril 2020 . Le policier, qui avait déclaré "un bicot comme ça, ça nage pas" à l'encontre du jeune homme interpellé après s'être jeté dans la Seine, a été condamné à six mois de prison avec sursis. Quatre de ses collègues ont été condamnés à douze mois dont six mois ferme et une interdiction d'exercer pendant douze mois. Une sixième fonctionnaire a été condamnée à douze mois de prison avec sursis.

>> LIRE AUSSIUn homme tué par balle à Pointe-à-Pitre en pleine rue

Des peines plus lourdes que les réquisitions

Les peines prononcées par le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) à l'encontre de ces policiers de la Direction territoriale de la sécurité publique des Hauts-de-Seine ont été plus lourdes que les réquisitions. Le parquet n'avait pas retenu les violences dans ses réquisitions, seulement les insultes, et réclamé une seule peine. Mais le tribunal a accepté de joindre l'affaire sur les faits d'"injures racistes" aux citations directes de la partie civile pour les faits de "violences", s'appuyant notamment sur une bande sonore. "Je suis heureux, la justice a été faite. J'ai été lésé, agressé. Je suis content de cette décision", s'est réjoui Samir Elgendy, la victime, à l'issue du délibéré.

Le 26 avril 2020 vers 01H30 du matin, des policiers avaient i...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles