Jusqu'à la garde (France 2) Xavier Legrand : "La violence conjugale peut mener à l’épouvante pure"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

On entre dans le film comme dans un documentaire sur la justice, par une scène d’un réalisme saisissant. Face à une juge aux affaires familiales sévère, un homme et une femme divorcés, accompagnés de leurs avocates, se disputent la garde de Julien, leur fils de 11 ans. La mère, Miriam (Léa Drucker), fermée comme une huître, demande l’exclusivité, invoquant la violence de son ex-mari. Le père (Denis Ménochet) se dit bafoué, paraît plus ouvert, explique être un bon père. Il veut sa part. Avec cette séquence de 15 minutes, l’acteur et réalisateur Xavier Legrand met le spectateur dans la position de la magistrate, hésitante. Qui croire ? Le film montre, ensuite, ce que la juge, qui finit par statuer sur une garde partagée, ne verra pas. Pris en otage entre ses parents, le petit garçon (formidablement incarné par le jeune Thomas Gioria) va se démener, même ruser, pour empêcher que le pire n’arrive…

À lire également

REPLAY - Féminicides, l’affaire de tous (France 2) : Revoir le documentaire choc des journalistes du Monde

Dans son premier long-métrage, Xavier Legrand traite de la violence conjugale, et de la difficulté de l’appréhender pour ceux qui ne sont pas dans le secret du foyer.

"... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles