Jusqu'à 12 ans de prison pour le «nettoyage» du meurtre d'une prostituée

© MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Le verdict sur l'affaire du "nettoyage" du meurtre d'une prostituée est tombé ce vendredi. La peine la plus lourde a été prononcée à l'encontre de Mourad B., 29 ans, que des témoins avaient vu prendre la fuite, gravement brûlé après l'explosion qui a soufflé un étage entier d'un paisible immeuble parisien le 3 août 2016. Un accident, provoqué volontairement afin de couvrir une scène de crime.

Lors de leur intervention, les pompiers avaient découvert le corps calciné de Maria, "maquerelle" espagnole de 26 ans. L'enquête avait permis d'établir qu'après une dispute avec l'une de ses prostituées qui menaçait de la dénoncer à la police pour des histoires d'argent, cette même Maria avait proposé 20.000 euros à son petit ami occasionnel, Moncef D., pour qu'il se "débarrasse" de la jeune femme.

 

>> LIRE AUSSIParis : un homme soupçonné du meurtre de son conjoint mis en examen

Moncef D. et un ami, Kamel Z., décident alors de faire croire qu'ils ont tué la fille --qu'ils comptent laisser partir-- et récupérer l'argent. Mais une fois remontés dans l'appartement, Maria avait déjà tué la prostituée en question d'une trentaine de coups de couteau. Les deux hommes prennent peur et quittent les lieux. Maria propose 20.000 euros, cette fois pour le "nettoyage".

Des peines prononcées pour "recel" et "non dénonciation"

Une nouvelle opération est montée, avec Mourad B. et trois autres complices. Les "nettoyeurs" tentent d'effacer les traces de sang mais Maria décide finalement de me...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles