Les jurys littéraires s'adaptent aux mesures sanitaires renforcées

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Crève-coeur pour les jurés qui décernent le prix Interallié : ils ont renoncé aux libations qui devaient leur permettre une deuxième sélection de romans. Car ces temps de pandémie sont durs, pour tous les jurys littéraires.

L'Interallié cherche une solution

"En raison des règles installées avec la crise sanitaire dans les restaurants, le jury ne pourra se réunir demain", annonçait le 12 octobre la porte-parole du prix Interallié.

Ce jury exclusivement masculin ne se voyait pas, pour le moment, fonctionner autrement que d'habitude: une bonne table, et des délibérations qui pouvaient durer tard dans la soirée, autour d'une bouteille.

Depuis, la situation a empiré. Alors qu'il était déjà interdit d'être plus de six à table, maintenant le couvre-feu impose d'avoir terminé à 21 heures, de surcroît. Il y aura bien une sélection de finalistes le 12 novembre, pour décerner le prix le 18, selon des modalités qui restent à déterminer.

Deux tables pour le Fémina

Leurs collègues du Femina, jury exclusivement féminin, disent faire contre mauvaise fortune bon coeur. "Nous nous mettons à six autour d'une table et six autour d'une autre, même si en ce moment ça n'est pas forcément indispensable parce qu'il y a des absentes. Sinon nous faisons ça en appartement privé", confie à l'AFP la secrétaire Anne de Caumont.

Pour la remise du prix le 3 novembre, "il faudra que les gens soient assis et le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi