Jurassic Park : rencontre avec le paléontologue qui a inspiré Alan Grant

Thomas Imbert

Du 14 avril au 2 septembre, la Cité du Cinéma se transforme en Jurassic World et accueille dans son enceinte les créatures des films pour une visite des plus immersives. Pachycephalosaurus, stégosaures, vélociraptors et bien sûr tyrannosaures... Tout le bestiaire de John Hammond reprend vie grâce à de gigantesques animatroniques qui peuplent une exposition encore inédite en Europe. 

A cette occasion, entre deux enclos, nous avons eu la chance de rencontrer Jack Horner, paléontologue mondialement célèbre et professeur à l'université d'Etat du Montana. Notamment connu pour avoir découvert les premiers oeufs de dinosaures dans l'hémisphère occidental, les premières traces de colonies de nids de dinosaures et les premiers embryons de dinosaures, il participe en tant que conseiller scientifique à la saga Jurassic Park depuis le premier opus de Steven Spielberg. Ce dernier s'est d'ailleurs inspiré de lui pour créer le personnage d'Alan Grant incarné par Sam Neill. Bref, l'occasion rêvée de parler un peu paléontologie, et de vérifier si les dinos du grand écran ressemblent à ceux qui foulaient notre Terre il y a plusieurs millions d'années...


Qu’avez-vous ressenti la première fois que vous avez vu Jurassic Park ?

Jack Horner : La première fois que j’ai vu le film entier, j’ai été sous le choc parce que lorsqu’on fait un film, on le fait en plusieurs morceaux et on ne peut pas deviner à quoi il va ressembler avant qu’il ne soit terminé. Je savais que ça serait bon, mais pas à ce point-là. Mais c’est Steven Spielberg, donc ce n’est pas étonnant.

Il paraît que Steven Spielberg s’est inspiré de vous pour le personnage d’Alan Grant...

Il y a beaucoup de points communs entre nous. Les campements qu’ils ont créés dans le premier Jurassic Park et dans le troisième ont été pris à partir du mien. C’était la réplique exacte. La caravane et tout le matériel. Mais en ce qui concerne le personnage… J’aime bien les enfants et je sais attacher ma ceinture de sécurité. (rires)

Les dinosaures du film sont-ils conformes à ce que vous savez de la réalité ?

Lorsque nous avons fait le premier Jurassic Park, nous les avons faits aussi exacts que possible, à l’exception des dinosaures sur lesquels nous ne savions pas grand-chose. Par exemple, le dilophosaure. Nous ne savions pas beaucoup de choses sur lui, donc nous l’avons fait plus petit. Et bien sûr, le vélociraptor a été agrandi. Mais la taille importe peu lorsqu’il s’agit de dinosaures. Nous savons qu’il peut y en avoir des petits comme des gros. Ça n’a pas d’importance. Chacun des dinosaures a été fabriqué avec toute l’exactitude dont nous disposions à l’époque, à l’exception du vélociraptor, dont nous savions qu’il avait des plumes. Mais malheureusement, la technologie informatique et graphique n’était pas suffisamment élaborée pour les animer. Donc ce n’était pas un problème lié au film, mais à la technologie.

"Jurassic World" : la vérité sur les velociraptors




Que pensez-vous des raptors ultra-intelligents que l’on croise dans "Jurassic Park III" et dans "Jurassic World" ?

Je pense que les gens vont découvrir que les oiseaux sont beaucoup plus intelligents que nous ne le pensons. Probablement autant que les dauphins. Donc je n’ai aucun problème avec cette question de l’intelligence. Lorsque les gens vérifient l’intelligence d’un dinosaure, ils comparent la taille de son cerveau avec celui d’un autre animal, d’un mammifère. Mais en fait, le cerveau des dinosaures est divisé en deux parties. Dans leur crâne et dans leur pelvis [ndlr : partie du corps située sous le bassin], c’est en deux morceaux. Si vous additionnez les deux, et que vous regardez le ratio entre le corps et le cerveau, c’est bien supérieur à la plupart des mammifères.

Qu’en est-il du T-Rex ? Est-il réaliste dans les films ?

Il va trop vite, il court trop vite. Nous savons qu’il ne pouvait pas aller aussi vite, et nous savons aussi qu’il se comportait différemment. Ce n’était pas un grand prédateur, mais probablement plutôt un opportuniste. Il est montré de manière assez juste dans Jurassic Park III, parce qu’il y est représenté comme un charognard.

Découvrez "Jurassic World, l'exposition" en images...

Jurassic World, l'exposition débarque à la Cité du Cinéma

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages