Jura : faute de maternité à proximité, deux bébés naissent au bord de la route

·2 min de lecture
Lundi, dans le Jura, faute de maternité à proximité, deux femmes ont accouché dans leurs voitures, au bord de la route, à quelques heures d'intervalle.

Lundi, dans le Jura, deux femmes ont accouché dans leur voiture, au bord de la route, à quelques heures d'intervalle. Depuis novembre 2020, la maternité de Saint-Claude a fermé ses portes, et les mamans doivent faire une heure de route pour accoucher.

Et de 12 ! Depuis le 30 novembre 2020 et la fermeture définitive la maternité de Saint-Claude, pas moins de 12 nouveau-nés ont vu le jour au bord de la route qui mène à la maternité de Lons-le-Saunier, située à au moins une heure de trajet. Lundi, deux femmes ont ainsi accouché dans leurs voitures, à quelques heures d'intervalle, alors qu'elles parcouraient la soixantaine de kilomètres séparant les deux maternités, rapporte La Voix du Jura.

Le maire alerte les autorités

Le premier bébé est né dans la nuit à Arinthod, tandis que le deuxième a fait son apparition dans l'après-midi, à Cesancey. Excédé, le maire de Saint-Claude (commune de 9 200 âmes) a alerté les autorités sur ces accouchements dangereux, de plus en plus fréquents depuis fin 2020. "La maternité de Saint-Claude a été fermée et nous avons 45 cm de neige, ce qui rend les déplacements difficiles", a signalé Jean-Louis Millet au Secrétaire d’État à la ruralité, Joël Giraud, alors en déplacement dans le Jura.

Des accouchements risqués

Le maire de Saint-Claude souhaite ardemment que l’État se penche sur la question de la réouverture de sa maternité en tenant en compte des spécificités du massif, afin d’éviter que d'autres bébés ne voient le jour sur le bord de la route. Des accouchements risqués tant pour les mamans que pour les nouveau-nés.

En prenant la décision de fermer la maternité de Saint-Claude, les autorités sanitaires ont fortement allongé le temps de trajet des habitantes de la commune mais aussi celui des habitantes aux alentours. Dans le Haut-Jura, environ 50 000 personnes vivent dans des villages de montagne, parfois reculés, et les primigestes sont obligées d'emprunter des départementales sinueuses pour se rendre à la maternité de Lons-Le-Saunier.

Ce contenu peut également vous intéresser :