Jupiter pourrait rendre la Terre encore plus habitable !

Dans son célèbre cours de physique de licence, le prix Nobel de physique Richard Feynman montrait dès la première année comment il était possible, avec des moyens de calculs numériques élémentaires déjà sur des ordinateurs simples du tout début des années 1960, de décrire et prédire les mouvements de N points matériels modélisant des planètes se déplaçant sous l’action de l’attraction universelle. Il s’agit typiquement de ce qui s'appelle un problème à N corps dont on sait qu’il est très difficile à résoudre analytiquement, que ce soit avec des planètes, des étoiles dans une galaxie ou un gaz d’électrons dans un solide.

En fait, il existe toute une théorie largement constituée initialement par les travaux de Lagrange, Laplace, Gauss mais aussi de Hamilton, Siméon Denis Poisson et Sophus Lie (tous mathématiciens) du XVIIIe au XIXe siècle, qui permet de calculer analytiquement et numériquement jusqu’à un certain point les mouvements d’au moins trois corps, non ponctuels, en mécanique céleste. Des formes modernes de cette théorie, avec des corrections venant de la théorie de la gravitation d’Einstein et qui introduit dans les équations des termes dits non-newtonniens, sont utilisées pour comprendre notamment la formation et l’évolution du Système solaire mais aussi des systèmes exoplanétaires.

On peut se faire une idée de toutes ces théories développées depuis plus de deux siècles maintenant avec des ouvrages bien connus comme ceux de Goldstein (un grand classique de la mécanique donnant des outils pour comprendre la mécanique quantique et relativiste en bonus) et de Fitzpatrick.

Elles avaient déjà permis non seulement à Leverrier de découvrir Neptune en raison de son influence sur les mouvements d’Uranus mais aussi à Milutin Milankovitch, mathématicien, géophysicien, astronome et climatologue serbe, de découvrir l’origine des cycles glaciaires dont témoignent les archives géologiques du quaternaire de notre Planète bleue.


Que sont les cycles de Milankovitch ? Cette...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura