Jupiter est la planète la plus susceptible d'héberger une vie extraterrestre, selon une étude

·3 min de lecture
Y'a-t-il de la vie sur Jupiter ?

Les résultats obtenus par les scientifiques ont montré que les conditions atmosphériques sur Jupiter, et notamment la concentration en eau, sont propices au développement de la vie, à l'inverse de ce que l'on peut observer sur Vénus ou sur Mars.

Oubliez les Martiens ou les Vénusiens. S'il existe des extraterrestres dans notre système solaire, il y a de fortes chances qu'il s'agisse de... Jupitériens. Ce sont en tout cas les conclusions d'une étude menée par une dizaine de chercheurs internationaux et publiée le 28 juin dans la revue de référence Nature Astronomy.

"Il ne suffit pas de dire que l'eau liquide est synonyme d'habitabilité"

Pour en arriver à cette thèse pour le moins originale, qui bat en brèche bon nombre d'idées reçues sur la question de la vie loin de la Terre, les chercheurs ont minutieusement étudié les compositions des différentes atmosphères des planètes du système solaire sur lesquelles des relevés ont été effectués, et ne se sont donc pas limités à la seule présence d'eau.

"La recherche de la vie extraterrestre a parfois été un peu simpliste dans son attitude vis-à-vis de l'eau, explique le journaliste scientifique Philip Ball, co-auteur de l'étude, cité par le Daily Star. Comme le montre notre travail, il ne suffit pas de dire que l'eau liquide est synonyme d'habitabilité. Nous devons également réfléchir à la manière dont les organismes de type terrestre utilisent cette eau, ce qui nous amène à nous demander quelle quantité d'eau est réellement disponible pour ces utilisations biologiques."

L'atmosphère de Vénus hostile à la vie

"Nous avons constaté que, par rapport à l'activité de l'eau et à la température, les conditions in situ font des nuages de Jupiter les formations nuageuses les plus probables dans lesquelles la vie pourrait exister dans notre système solaire, en dehors de celles de la Terre, poursuit Philip Ball. Une analyse similaire serait intéressante pour Saturne, Uranus ou Neptune, une fois que des missions d'exploration avec des sondes auront été menées."

À l'origine, les chercheurs s'étaient focalisés sur l'atmosphère de Vénus, mais ils ont vite découvert que la concentration d'eau dans les nuages d'acide sulfurique qui recouvrent la surface de la plus proche voisine de la Terre était insuffisante pour permettre le développement de la vie. À l'inverse, pour Jupiter, "les résultats ont été beaucoup plus optimistes", explique le planétologue de la Nasa Christopher McKay.

Jupiter, nouvel horizon ?

"Il existe au moins une couche dans les nuages de Jupiter où les besoins théoriques en eau sont satisfaits, assure ainsi le Dr. McKay, qui faisait partie de l'équipe de chercheurs. Pour montrer que cette couche est habitable, nous devrions passer en revue toutes les exigences de la vie et montrer qu'elles sont toutes remplies." Une mission qui pourrait être l'objet d'une future recherche, afin de voir si l'hypothèse décrite par l'étude tient la route.

"Nous avons également effectué des calculs pour Mars et la Terre et nous montrons que ces calculs peuvent aussi être effectués pour des planètes en dehors de notre système solaire, détaille le microbiologiste John Hallsworth, autre membre de l'équipe de chercheurs mobilisée sur le sujet. Bien que nos recherches ne prétendent pas que la vie extraterrestre, sous forme de microbe, existe sur d'autres planètes de notre système solaire, elles montrent que si l'activité de l'eau et d'autres conditions sont réunies, alors une telle vie pourrait exister dans des endroits où nous n'avons pas encore cherché."

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles