Les Jupiter chauds, des astres mystérieux, se dévoilent sous l'œil de Hubble

ESA/Hubble, N. Bartmann

Absents du système solaire mais fréquentes autour d'autres étoiles, les Jupiter chauds sont encore mal connus. De nouvelles mesures permettent de rendre compte de leurs caractéristiques communes.

Les Jupiter chauds sont des planètes géantes et gazeuses de masse égale ou supérieure à celle de Jupiter, situées à proximité de leur étoile et dont la température est supérieure à 1.000 kelvins (730°C). Elles ne sont pas rares dans la galaxie et de nombreux systèmes stellaires hébergent une ou plusieurs planètes de ce type. Elles ont de nombreuses caractéristiques intrigantes et notamment leur absence de rotation sur elles-mêmes : en raison des forces de marées gravitationnelles, elles sont "verrouillées" et présentent toujours la même face devant leur étoile. Exactement comme le fait la Lune pour la Terre. Chacune possède donc un côté en permanence éclairé et donc très chaud, et un côté sombre bien plus frais.

Toute une population sous l’œil de Hubble

Une vaste étude dirigée par les scientifiques de l’University College de Londres portant sur 25 Jupiter chauds a été récemment publié dans : "c’est l’une des plus complètes réalisées à ce jour en matière de quantité et qualité de données", explique Quentin Changeat, premier auteur de cette recherche. L'étude exploite les mesures obtenues par les télescopes spatiaux Hubble et Spitzer qui ont observé ces planètes en transit (lorsqu'elles passent devant leur étoile) et durant leur éclipse (quand elles se retrouvent derrière l'étoile). De quoi obtenir de nombreuses informations sur la chimie de leurs atmosphères mais aussi sur leurs profils de températures. "Nous apportons surtout un nouveau point de vue qui consiste à dire que pour véritablement comprendre ces objets, on a tout intérêt à les étudier en tant que groupe plutôt que de considérer chaque planète une à une" souligne le chercheur.

Ainsi, il est désormais possible de confirmer certaines tendances déjà observées notamment sur leur profil "météorologique" avec des différences importantes de température, au moins 1.000 K, entre le côté jour et le côté nuit. Un écart thermique qui génère la formation de tempêtes qui redistribuent les éléments présents dans l'atm[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles