Un jumeau de la Lune caché derrière Mars

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Il s’appelle (101429) 1998 VF31. C’est un astéroïde troyen de Mars. Des chercheurs de l’Observatoire d’Armagh (Irlande) révèlent aujourd’hui qu’il pourrait bien s’agir d’un jumeau de la Lune, caché là depuis bien longtemps. Sa composition, en effet, apparaît étonnamment similaire à celle de notre satellite naturel.

À l’aide du spectrographe X-Shooter, monté sur le Very Large Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral (ESO, Chili), les chercheurs ont étudié la façon dont la surface des astéroïdes troyens de Mars reflète la lumière du Soleil dans différentes couleurs. Leur spectre de réflectance, comme l’appellent les physiciens. Des spectres qu’ils doivent ensuite comparer à ceux de corps dont la composition est connue pour conclure.

Les données déjà disponibles pour (101429) 1998 VF31 les avaient poussés à placer l’astéroïde dans la classe commune des chondrites ordinaires. La précision du VLT et des données supplémentaires obtenues par le télescope infrarouge de l’Infrared Telescope Facility de la Nasa (Hawaï) les ont encouragés à revoir leur copie. Le spectre de cet astéroïde ne correspond en effet finalement à aucun type particulier de météorite ou même d’astéroïde. En élargissant leur comparaison à d’autres types de surfaces, ils ont découvert que la meilleure correspondance était obtenue… avec la Lune !

Ici, la planète Mars et ses astéroïdes troyens tournant autour des points de Lagrange L4 et L5. L’astéroïde (101429) 1998 VF31 est représenté par un point bleu en L5. © Observatoire d’Armagh
Ici, la planète Mars et ses astéroïdes troyens tournant autour des points de Lagrange L4 et L5. L’astéroïde (101429) 1998 VF31 est représenté par un point bleu en L5. © Observatoire d’Armagh

Des astéroïdes troyens de la Terre ?

Pour expliquer cette composition inhabituelle, les astronomes avancent plusieurs hypothèses. (101429) 1998 VF31 pourrait n’être qu’un banal astéroïde ayant acquis une apparence similaire à la Lune par simple exposition au rayonnement solaire. Riche en pyroxène — un minéral que l’on trouve dans la couche externe ou dans la croûte des corps de la taille de Mars —, il pourrait aussi provenir de Mars. L’impact à...

> Lire la suite sur Futura