Grâce à une forte mobilisation, Julius Jones n'est plus condamné à mort

·2 min de lecture
Julius Jones, condamné à mort.

Julius Jones a été condamné en 2002 à la peine capitale pour le meurtre d'un homme d'affaires blanc. Il assure avoir été piégé par l'auteur du crime.

Grâce à la mobilisation de millions de personnes qui doutent de sa culpabilité, les autorités de l'État américain d'Oklahoma ont renoncé à exécuter, jeudi 18 novembre, Julius Jones, un Afro-Américain de 41 ans. « C'est la machine froide de la peine de mort aux États-Unis », a dénoncé sur Twitter la star de télé-réalité Kim Kardashian, qui le soutient depuis plusieurs années. « Mon coeur souffre pour Julius et tant d'autres victimes de déni de justice », a-t-elle ajouté.

Comme elle, l'actrice Kerry Washington mais aussi six millions et demi de signataires d'une pétition sur Internet ont demandé au gouverneur de l'État, Kevin Stitt, d'intervenir avant 16 heures (22 heures GMT), heure fixée pour son exécution. L'élu républicain n'a pour l'instant pas répondu, bien que le bureau des grâces d'Oklahoma, soulignant les failles dans le dossier, ait recommandé à deux reprises de commuer sa peine en rétention à perpétuité.

À LIRE AUSSI En Virginie, l'élection qui fait trembler les démocrates

Condamné à la peine capitale

Julius Jones a été condamné en 2002 à la peine capitale pour le meurtre d'un homme d'affaires blanc, Paul Howell, qu'il a toujours nié. Il assure avoir été piégé par l'auteur du crime, avoir été mal défendu par ses premiers avocats et avoir fait l'objet de discrimination lors du procès.

Ses recours en justice ont tous été rejetés et la famille de M. Howell, notamment sa fille, reste convaincue de sa culpabilité. Les failles dans le dossier ont fait l'objet [...] Lire la suite

VIDÉO - Édition spéciale 40 ans de l'abolition de la peine de mort

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles