Julien Clerc : "Je n'aimerais pas avoir 20 ans aujourd'hui"

·1 min de lecture

Pendant toute la durée de l'entretien, chez son manager, Pascal Nègre, il restera masqué. Qu'importe, même ainsi, son regard trahit son sourire. A 73 ans, Julien Clerc peut être fier. Après cinquante-deux ans de carrière, le chanteur démontre que la route n'est pas près de s'arrêter, comme en témoigne son 26e album, intitulé Terrien. T'es rien? Tu parles. Les témoins et associés de ses débuts ont pu sombrer, lui demeure à la surface de mélodies étonnamment vigoureuses. Désormais coreligionnaire de Gims et Camélia Jordana au sein du label Play Two, boosté par une seconde jeunesse acquise auprès de son épouse, la romancière Hélène Grémillon, il a su renouveler sa garde d'auteurs : Clara Luciani, Jeanne Cherhal, Bernard Lavilliers et le rappeur Vincha apparaissent auprès des fidèles Carla Bruni et Didier Barbelivien. Les cheveux poivre et sel ne sont là que pour mieux s'accorder à la couleur de sa veste en tweed.

La pochette de Terrien évoque celle de votre album référence No 7 (1975). Pourquoi?
C'est une idée des graphistes. J'y étais d'abord opposé car ma priorité est toujours de me renouveler. D'autant que ce disque, considéré par les puristes comme mon chef-d'œuvre, est aussi celui qui a le moins bien marché… Puis Marc Maréchal, mon ancien attaché de presse dans les années 1980, est venu dîner à la maison. Il a trouvé le projet de pochette "super". Alors si lui, le gardien du temple, trouvait ça génial, je ne pouvais que m'incliner…

"

J'aime de plus en plus composer à partir...


Lire la suite sur LeJDD