Julien Clerc : "Hélène a souffert quand j’ai refusé d’avoir un autre enfant"

·2 min de lecture

Le couple nous reçoit dans sa maison près de Paris. Confidences croisées. Premiers extraits

Dix-sept ans déjà qu’ils ont fait le pari du duo. L’écriture pour elle, la musique, encore et toujours, pour lui : dans le travail, ils restent des solistes. A 73 ans, le chanteur a gardé un cœur de doux rockeur. Il sort son 26e album. Pour «Terrien», il a posé ses notes et sa voix sur des textes de Carla Bruni, Clara Luciani, Bernard Lavilliers ou encore Marc Lavoine. Hélène, elle, se charge de lui donner des ailes.

Après cinq années à Londres, ils sont revenus en France quand le Covid est entré en scène. Paris Match a rencontré le couple d'inséparables dans leur maison, proche de Paris, leur «Home Sweet Home». Au printemps2020, confiné loin de son piano, Julien Clerc s’est rabattu sur un clavier acheté en urgence. Sa femme, romancière, voyage plus léger : ses stylos lui suffisent. Ils lui ont permis de travailler à l’adaptation de la série de BD pour enfants « Les légendaires ». Celle qu’elle lisait à leur fils, Léonard, et qui demain sera un film d’animation.

"

Notre amour a été plus fort

"

«On a notre rôle dans la société, soulager la lourdeur de l’existence pour les gens. C’est “utile ” comme dirait l’autre. C’est un métier pas sérieux qu’il faut faire très sérieusement», explique Julien Clerc à notre journaliste Benjamin Locoge. Dans son nouvel album «Terrien», une chanson, «Comment tu vas ?», évoque la dépression, un état que le chanteur confesse n'avoir jamais connu. «J’ai connu des échecs, mais je les ai avalés pour mieux rebondir. Quand il m’arrive un sale truc, mon premier réflexe est d’essayer de trouver la porte de sortie. Je n’ai jamais vécu de dépressions. J’ai connu des déboires amoureux, mais jamais le noir absolu… »

Pudique, il évoque sa paternité et aussi le temps qui passe. «Je sais qu’Hélène a(...)


Lire la suite sur Paris Match