Julie (L'amour est dans le pré) dans l'attente de changer de vie : "Je vis au jour le jour" (EXCLU)

Il y a deux ans, l'éleveuse de chevaux de 39 ans qui a participé à L'amour est dans le pré 2017 (M6) confiait à Purepeople.com qu'elle souhaitait vendre son écurie afin de changer de vie. Où en est Julie aujourd'hui ? Elle nous donne de ses nouvelles.

En mars 2020, vous nous aviez confié que vous souhaitiez changer de vie, à cause de la fatigue et de certaines réflexions de collaborateurs notamment. Qu'en est-il deux ans plus tard ?

Il n'y a pas grand-chose qui a changé malheureusement (rires). L'écurie est à vendre depuis deux ans et demi. Il y a eu des offres mais ça n'a jamais abouti. C'était des couples de jeunes qui n'ont pas eu les accords bancaires ou un monsieur qui m'a lâchée cinq jours avant la signature pour acheter une autre écurie. Là, il y a des gens qui sont dessus en ce moment, mais ils n'arrivent pas à avoir une réponse de la banque. Tant que je n'ai pas vendu, je ne peux pas changer de vie. J'en suis donc au même point qu'il y a deux ans et demi, hormis le côté émotionnel.

Comment vous-sentez vous vis-à-vis de cette situation ?

C'est tout le travail que j'ai fait ces dernières années justement. A un moment donné quand tout ne se passe pas comme on l'espérait, il y a un travail de lâcher prise, d'acceptation et de résilience à faire. On se dit qu'il y a forcément une raison à tout ça. Aujourd'hui je suis dans le lâcher prise, la confiance et la foi. Je vis au jour...

Lire la suite


À lire aussi

Carole (L'amour est dans le pré) change de vie et vend sa maison, confidences (EXCLU)
L'amour est dans le pré : Une agricultrice vend sa ferme et change de vie ! Elle plaque tout et s'explique...
Franck (L'amour est dans le pré) fait une grande annonce qui va changer sa vie : jackpot à la clé !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles