Julie Gayet (Une mère parfaite, TF1) : "J’ai beaucoup fait participer le père de mes enfants à leur éducation"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Julie Gayet, très sportive, est une véritable touche-à-tout. Si elle n’hésite pas à troquer la casquette de comédienne contre celle de productrice, de réalisatrice, voire de militante, elle aime aussi passer d’un genre à l’autre. Cette fois, elle a accepté de porter sur ses épaules, pour TF1, Un mère parfaite, à voir à partir du lundi 6 septembre, un polar très sombre en quatre épisodes aux côtés notamment de Tomer Sisley (héros de la série Balthazar sur TF1). Rencontre avec une actrice qui a toujours voulu conjuguer métier et vie personnelle.

Télé-Loisirs : Pourquoi avez-vous voulu jouer dans Une mère parfaite, la minisérie de TF1 ?

Julie Gayet : Parce que, justement, la mère parfaite n’existe pas ! Pour bien montrer la pression que la société peut mettre sur les femmes afin qu’elles le soient… Ce n’est pas anodin si la fiction se passe entre Paris et Berlin car, en Allemagne, c’est encore pire qu’en France ! Là-bas, il n’y a quasi aucune crèche ou autre moyen de garde. Celles qui prennent une baby-sitter sont très mal vues. Elles ont une sacrée pression pour élever leurs enfants elles-mêmes. Ce que raconte cette série est hyper moderne… et nous incite à nous poser plein de questions, l'air de rien. J'ai tout de suite eu envie de jouer cette mère qui va passer par tous les états, qui commence à un endroit et finit à l’opposé.

Hélène, votre personnage, découvre que sa fille, étudiante à Paris, n’est peut-être plus tout à fait celle qu’elle croyait connaître. Pensez-vous que l’on (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Audrey Fleurot explique pourquoi sa couverture incendiaire du magazine Lui a été une revanche : "Je l'ai fait pour moi après des années difficiles"
"J'étais mais rouge de honte !" : Cécile Bois évoque son casting très embarrassant pour Candice Renoir dans Vivement Dimanche (VIDEO)
El Embarcadero (TF1 Séries Films) : qui sont Verónica Sánchez et Irene Arcos, les deux "femmes" de fiction d'Alvaro Morte ?
"On ferait jamais ça avec le père !" : Audrey Fleurot répond à ceux qui lui reprochent d'être trop souvent éloignée de son fils
Álvaro Morte : l'acteur de La Casa de Papel entièrement nu dans la série El Embarcadero sur Salto

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles