Julie Gayet se justifie après avoir posté une photo "trompeuse" sur Instagram

La réouverture des salles de cinéma, effective depuis lundi 22 juin, fait la joie des cinéphiles. C'est notamment le cas de Julie Gayet. Ce samedi 27 juin sur son compte Instagram, la comédienne a tenu à partager sa "grande émotion de retrouver une salle de cinéma pleine" en postant un cliché pris lors de l'avant-première du film J'irai mourir dans les Carpates, signé par le globe-trotteur de France 5 Antoine de Maximy. Mais sa photo-souvenir a suscité un tollé.

Une photo dans une salle "bondée" et "même pas de masque"

La raison ? On y voit des dizaines de spectateurs poser, les bras en l'air et le sourire à l'air. En effet, personne ne porte de masque sur ce cliché, où les gens ne semblent pas respecter les consignes sanitaires liées à l'épidémie de coronavirus, comme la distanciation physique d'au moins un mètre. De quoi choquer les followers de Julie Gayet, qui pose au premier plan à côté d'Antoine de Macimy.

"Hallucinant cette salle bondée…!", "Même pas de masque ! Quel intérêt de se prendre en photo quand on connaît le résultat ?", "Franchement, du grand n’importe quoi ! Grande émotion de voir ces gens collés et non masqués", peut-on notamment lire dans les commentaires.

Face à ces critiques, Julie Gayet a tenu à se justifier. "La photo peut paraître trompeuse… nous n’étions pas collés. Seuls ceux qui étaient venu en 'famille'…", a-t-elle ainsi répondu à une internaute. "La salle a une capacité de 622 personnes et on était 260 avec une place vide entre chaque 'groupes sociaux'…",

Retrouvez cet article sur Télé-Loisirs

Monsieur Batignole (France 2) : que sont devenus les enfants du film ? (PHOTOS)
Fred Bianconi (Un si grand soleil) : l'acteur tacle Plus belle la vie et Un si grand soleil
Astérix aux Jeux olympiques (TF1) : genèse d’un film (un peu trop) mégalo
Faites entrer l'accusé (RMC Story) revient sur l'affaire Jean-Pierre Treiber/Géraldine Giraud
Jean-Pierre Castaldi : la raison pour laquelle son permis lui a été retiré en plein confinement