Julian Assange : la demande américaine d'extradition de retour devant la justice

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après un premier échec, les Etats-Unis tentent de nouveau mercredi d'obtenir de la justice britannique l'extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, qu'ils poursuivent pour une fuite massive de documents. Après sept ans reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres et deux ans et demi à la prison de haute sécurité de Belmarsh, l'Australien de 50 ans, considéré par ses partisans comme une victime d'attaques à la liberté d'expression, a fait un pas majeur vers la liberté en janvier dernier. La juge britannique Vanessa Baraitser avait alors rejeté la demande américaine d'extradition, avançant un risque de suicide de Julian Assange, qui risque 175 ans de prison aux États-Unis.

Julian Assange était devenu père de deux enfants alors qu'il était à l'ambassade

Mais Washington a obtenu de pouvoir faire appel de cette décision, remettant notamment en cause la fiabilité d'un expert qui avait témoigné en sa faveur. Le psychiatre, Michael Kopelman, avait en effet reconnu avoir trompé la justice en "dissimulant" le fait que son client était devenu père de deux enfants alors qu'il était cloîtré à l'ambassade d'Equateur à Londres. Cet appel doit se dérouler sur deux jours à la Haute Cour.

Une décision n'est pas attendue avant plusieurs semaines. Il constitue l'un des derniers recours pour Washington, qui, en cas de nouvelle défaite, n'aurait plus comme possibilité que de saisir la Cour suprême britannique, sans être assuré qu'elle accepte de prendre le dossier. En cas de victoire, ce n...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles