Julian Alaphilippe : après la chute du cycliste, les inquiétudes se multiplient

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Roberto Bartomeoli / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Saison compromise pour Julian Alaphilippe : le double champion du monde, sérieusement blessé dimanche dans Liège-Bastogne-Liège, vit une année difficile marquée par des chutes à répétition. Une Doyenne maudite pour le Français a conclu un printemps de douleurs et de déceptions. Transporté à Herentals, au centre médical utilisé par l'équipe belge Quick-Step pour ses blessés, Alaphilippe est entré dans une zone de turbulences et d'interrogations. Combien de temps durera son indisponibilité ? Quels nouveaux objectifs pourra-t-il se fixer ? Devra-t-il attendre la fin de l'été et la défense de son titre mondial en Australie ?

Un pneumothorax, une omoplate fracturée et deux côtes cassées

La nature des blessures l'oblige à reconsidérer complètement sa saison. Pneumothorax, omoplate fracturée, deux côtes cassées : le bilan de la chute, qui a jeté à terre une partie du peloton à 60 kilomètres de l'arrivée, s'avère lourd. Sur les images TV aériennes, vues et revues par le commissaire VAR de l'Union cycliste internationale, il est impossible de démontrer les responsabilités.

 

>> Retrouvez Europe soir en replay et en podcast ici

 

Romain Bardet, qui était bien placé, a évoqué une touchette entre le Britannique Tom Pidcock et le Français Jérémy Cabot. Toujours est-il que la chute s'est produite en descente, à près de 70-80 km/h selon le Français de l'équipe DSM, avec des lourdes conséquences pour Alaphilippe  et plusieurs autres coureurs (Elie Gesbert et Dorian Godon notamment). C...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles