En juillet, la chaleur a tué plus de 2000 personnes en Espagne

2000 morts en un mois. C’est l'une des conséquences des épisodes caniculaires qui ont frappé l’Espagne à répétition depuis le début de l’été, d’après l’Institut de santé Carlos III.

Selon le centre de recherche espagnol, il s’agit du mois de juillet le plus meurtrier depuis 2015. Avec près de deux fois plus de décès qu’en 2019 et quatre fois plus que l’année dernière.

L’Espagne est le pays d’Europe avec le plus grand nombre de décès entre le 11 et le 17 juillet – période à laquelle le thermomètre est monté jusqu’à 45 degrés dans certaines régions.

La plupart des décès sont une conséquence du stress thermique

Lorenzo Armenteros, porte-parole de la Société des médecins généralistes d’Espagne, explique que ces morts sont causées par une surchauffe du corps humain : "La plupart des décès sont une conséquence du stress thermique. Il peut affecter plusieurs organes, les dégrader de manière significative, et provoquer une défaillance multiviscérale, et par la suite la mort."

L'âge, un facteur aggravant

Selon les chercheurs, les températures élevées peuvent entraîner une augmentation des crises cardiaques et des embolies pulmonaires. L’âge des victimes semble aussi jouer un rôle important : la plupart des personnes décédées en juillet des suites de la chaleur avaient plus de 85 ans.

Ces estimations chiffrées doivent faire l’objet de recherches plus approfondies à l’avenir.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles