Jugement vendredi pour Tariq Ramadan, poursuivi pour avoir dévoilé le nom de l'une de ses accusatrices

·1 min de lecture

La 17e chambre du tribunal judiciaire de Paris rendra demain son délibéré dans l'affaire qui oppose Tariq Ramadan à une des femmes qui l'accusent de viol. Dans son livre Devoir de Vérité paru en septembre 2019, ainsi qu'à la télévision, le prédicateur avait diffusé le véritable nom de "Christelle" à de très nombreuses reprises. La loi interdit pourtant de divulguer des éléments sur l'identité d'une victime d'agression sexuelle sauf accord écrit de celle-ci. Une amende de 4.000 euros a été requise lors de l'audience en septembre dernier.

La plaignante dénonce un "harcèlement moral"

L'instruction visant Tariq Ramadan, 57 ans, est toujours en cours. L'islamologue de 57 ans est mis en examen pour cinq viols - des accusations qu'il récuse - parmi lesquels celui dénoncé par "Christelle" qui aurait été commis dans une chambre d'hôtel à Lyon en octobre 2009.

Lors de l'audience du 9 septembre, Tariq Ramadan et ses avocats avaient mis en avant le fait que le nom de cette plaignante avait déjà été dévoilé et qu'elle avait diffusé elle-même des photos d'elle sur Internet et auprès de certains médias. "J'ai déposé plainte parce que la divulgation de mon identité est la pierre angulaire du harcèlement moral que je subis", avait rétorqué "Christelle". Selon les chiffres énoncés à l'audience, le livre de Tariq Ramadan se serait vendu à 3.600 exemplaires.


Retrouvez cet article sur LeJDD