Une juge décide qu'un expert indépendant devra examiner les documents saisis chez Trump

Une victoire pour le camp Trump dans l’affaire de la perquisition de la résidence de l’ancien président américain en Floride. Une juge fédérale décide de nommer un superviseur spécial pour analyser les documents saisis par le FBI.

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

Au-delà de la communication et de la rhétorique outrée, c’était la seule réaction en justice du clan Trump après la perquisition de Mar-A-Lago : demander la nomination d’une autorité extérieure pour savoir ce qui relève de l’enquête ou non. La juge Aileen Cannon décide donc d’accéder à la requête des avocats de celui qui l’a nommée quand il était président.

Elle considère que certains des documents peuvent relever du privilège de l’exécutif ou la confidentialité liée à la relation avocat client. Il y a par exemple dans les documents saisis, des déclarations fiscales de Donald Trump, qui intéressent les enquêteurs dans d’autres affaires.

En revanche, elle ne considère pas que l’équipe juridique Trump a prouvé que les droits constitutionnels de son client ont été bafoués, ce qui affaiblit les accusations de poursuites politiquement motivées. Le superviseur spécial va donc revoir les 11 000 documents saisis pour savoir s’ils sont pertinents dans le cadre de l’enquête du département de la justice. Encore faut-il le trouver.


Lire la suite sur RFI