La juge de la Cour suprême américaine Ruth Bader Ginsburg soignée pour un cancer

·2 min de lecture

"Je vais continuer mes séances bi-hebdomadaires de chimiothérapie pour tenir mon cancer à distance, et je suis capable de maintenir mon activité quotidienne", a expliqué la magistrate de 87 ans, dont l'état de santé est suivi de près par les démocrates et les militants de la gauche américaine.

La juge progressiste et doyenne de la Cour suprême américaine, Ruth Bader Ginsburg, a annoncé vendredi être soignée depuis deux mois pour une rechute d'un cancer du foie, en indiquant qu'elle ne comptait pas quitter ses fonctions. "Je vais continuer mes séances bi-hebdomadaires de chimiothérapie pour tenir mon cancer à distance, et je suis capable de maintenir mon activité quotidienne", a expliqué la magistrate de 87 ans, dont l'état de santé est suivi de près par les démocrates et les militants de la gauche américaine. "J'ai souvent dit que je resterais membre de la Cour tant que je pourrais faire mon travail à plein temps. Je reste tout à fait capable de le faire", a souligné celle qui est surnommée "RBG".

Une démission ou un décès de Mme Bader Ginsburg donnerait l'occasion au président Donald Trump de nommer un juge favorable au port d'arme et opposé à l'avortement, comme il l'a promis, et d'ancrer encore plus le temple du droit américain dans le camp conservateur. Mme Bader Ginsburg, l'une des quatre juges progressistes sur les neuf de la Cour suprême, est reconnue pour ses combats pour la cause des femmes, des minorités et de l'environnement. Les juges de la Cour suprême sont nommés à vie.

Elle "tolère bien la chimiothérapie"

Selon Mme Bader Ginsburg, une biopsie effectuée en février a détecté des lésions au foie, qui n'ont pas pu être traitées par de l'immunothérapie. Elle a débuté le 19 mai une chimiothérapie qui "produit des effets positifs", a-t-elle indiqué. Un examen réalisé le 7 juillet a révélé "une réduction importante des lésions au foie et l'absence de nouvelle maladie". Elle a souligné qu'elle "tolérait bien la chimiothérapie" et qu'elle se sentait "encouragée par le succès de (son) traitement(...)


Lire la suite sur Paris Match