Une juge canadienne remet en liberté la dirigeante de Huawei Meng Wanzhou

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
La directrice financière de Huawei Meng Wanzhou se rendant à une audience, le 24 septembre 2021 à Vancouver, Canada (AFP/Don MacKinnon)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une juge canadienne a remis en liberté la directrice financière de Huawei Meng Wanzhou et clôturé la procédure d'extradition, lors d'une courte audience vendredi devant la Cour suprême de Colombie-Britannique.

Cette audience à Vancouver, en présence de Mme Meng, a eu lieu quelques heures après la conclusion d'un accord entre Washington et Huawei permettant à la directrice financière du géant chinois des télécoms, qui vit en liberté surveillée au Canada, de rentrer en Chine.

La fille du fondateur de Huawei avait été arrêtée le 1er décembre 2018 à l'aéroport de Vancouver à la demande de Washington, qui voulait la juger notamment pour "fraude bancaire".

"J'ai signé l'ordre de remise en liberté", a déclaré la juge Heather Holmes, au terme de l'audience.

Dans la foulée, Mme Meng a tenu un rapide point presse durant lequel elle a exprimé ses remerciements notamment envers la juge, sa famille, et ses amis.

"Au cours des trois dernières années, ma vie a été bouleversée. C'était une période perturbante en tant que mère, femme et cadre d'entreprise", a-t-elle regretté.

Après la décision, le ministère canadien de la Justice a confirmé que Meng Wanzhou était désormais "libre de quitter le Canada" et qu'elle a bénéficié de "l'équité procédurale devant les tribunaux, en conformité avec le droit canadien".

ast/rle

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles