Iris Ferreira, première femme rabbin ordonnée en France

·1 min de lecture
Avant Iris Ferreira, quatre femmes rabbins ont officié en France, mais elles avaient toutes été ordonnées à l'étranger.
Avant Iris Ferreira, quatre femmes rabbins ont officié en France, mais elles avaient toutes été ordonnées à l'étranger.

Deux nouveaux rabbins seront ordonnés en France dimanche 4 juillet : Étienne Kerber, 36 ans, et... Iris Ferreira, 29 ans. Cette dernière sera la première femme rabbin à être ordonnée dans l'Hexagone, a expliqué le mouvement du judaïsme libéral. Elle rejoint Pauline Bebe, Delphine Horvilleur, Floriane Chinsky et Danièla Touati, des femmes rabbins qui officient déjà dans le pays, mais qui ont été ordonnées à l'étranger.

Étienne Kerber et Iris Ferreira recevront la « semikha » (la transmission d'autorité d'un rabbin à un autre) des rabbins Tom Cohen et Pauline Bebe, dans leur communauté respective, à Paris. Un tel événement n'avait pas eu lieu dans l'Hexagone depuis 53 ans.

Les juifs libéraux donnent autant d'importance aux femmes qu'aux hommes

Le mouvement libéral, largement dominant dans le monde anglo-saxon, mais minoritaire en France, est partisan d'une vision ouverte du judaïsme. Contrairement aux traditionalistes et orthodoxes qui considèrent que confier le rabbinat à une femme n'est pas conforme à la loi juive, la halakha, les juifs libéraux estiment que les femmes ont autant de droits que les hommes dans tous les domaines.

Après quatre années de médecine, une licence d'hébreu, Iris Ferreira était allée étudier à Londres au Leo Baeck College, pour cinq ans, aucune formation rabbinique n'existant alors en France pour le mouvement libéral. Celle qui a d'abord fréquenté des communautés du judaïsme orthodoxe dans l'ouest de la France dit avoir découvert dans [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles