Juan Arbelaez inquiet pour l'avenir de la restauration : "Si on aseptise les restaurants, on perd la vie"

Pour tous les restaurateurs, la crise sanitaire a entraîné une situation critique. L'avenir est encore très flou quant à la réouverture des établissements. Les chefs emblématiques du petit écran sont nombreux à prendre la parole pour expliquer la situation et tirer la sonnette d'alarme, à l'instar de Philippe Etchebest. "40 % des établissements risquent de fermer", avertit le juré de Top Chef, très inquiet pour l'avenir de sa profession. Tous les jours durant le confinement, Juan Arbelaez proposait des recettes gourmandes et simples dans Quotidien. Le chef colombien est à la tête de divers établissements parisiens, dont Vida, créé avec son épouse Laury Thilleman. Le cuisinier se confie sur la situation actuelle.

Télé-Loisirs : en tant que chef, comment vivez-vous cette période ?

Juan Arbelaez : Je suis du genre à tirer le meilleur des périodes critiques. Je prends les situations compliquées comme un challenge, j'essaie de ne pas trop me démoraliser. La situation est dure, c'est une catastrophe pour l'économie, une catastrophe pour tous les métiers. Nous les restaurateurs en plus je pense qu'on sera les derniers à être déconfinés car les restaurants sont des lieux de vie, des lieux de partage. On essaie de s'adapter. Ce qui va nous sauver, c'est ce pouvoir d'adaptabilité qu'on a créé en ce moment.

Finalement, vous étiez plutôt bien occupé durant le confinement…

Le confinement a été très agréable pour moi car je suis parti de Paris juste avant le confinement. J'avais un peu d'espace

Retrouvez cet article sur Télé-Loisirs

Où et comment jeter son masque après utilisation ?
"Je me suis foiré" : la boulette de Paul pour son retour surprise dans Les 12 coups de midi
"Restez chez vous" : Jean-Pierre Pernaut réagit aux images du Canal Saint-Martin à Paris qui ont fait polémique hier
Adrien Rabiot crée le trouble après le confinement : son comportement fustigé à Turin
Christophe Dugarry fait une confidence émouvante sur 1998 : "J'étais au fond du gouffre"