"Joyeuse", "intelligente", "souriante"... Qui était Vanesa, l'adolescente de 14 ans tuée à Tonneins?

Âgée de 14 ans et d'origine espagnole, l'adolescente était scolarisée en classe de quatrième et apprenait le français.

Vanesa, 14 ans, a été portée disparue vendredi. C'est sa mère qui a donné l'alerte, inquiète de ne pas voir rentrer sa fille du collège de Tonneins (Lot-et-Garonne), où elle était scolarisée en classe de quatrième. Le corps sans vie de l'adolescente a été retrouvé à Birac-sur-Trec, à une quinzaine de kilomètres au nord de Tonneins, samedi.

Un homme de 31 ans a avoué avoir commis le crime. Il a été mis en examen dimanche pour enlèvement et séquestration, viol et meurtre sur mineure et placé en détention provisoire, a indiqué le procureur d'Agen dans un communiqué.

"Une jeune fille très joyeuse, très intelligente"

Vanesa était d'origine espagnole et hispanophone. Elle se trouvait dans une classe UP2A (unité pédagogique pour élèves allophones), une classe qui accueille les élèves qui arrivent en France en ne parlant pas totalement français.

La collégienne était l'aînée d'une fratrie de trois qui résidait à Tonneins avec son frère, sa sœur, sa mère d'origine espagnole et le compagnon de celle-ci.

"Vanesa était une petite jeune fille très joyeuse, très intelligente et très souriante avec sa famille. Elle était très proche de ses frères et soeurs et très tendre", a déclaré sur notre antenne sa cousine, Yuranny Granda. C'était "une petite fille tellement, tellement belle. Elle a toujours été importante pour nous."

Discrète et agréable

Au collège, des camarades de classe de l'adolescente ont décrit une élève discrète et agréable.

"C'est la copine qui est partie, qui n'est plus là", déclare sur notre antenne le maire de la commune Dante Rinaudo, qui explique que les enfants de Tonneins lui ont posé beaucoup de questions au sujet de cette affaire, et voulaient notamment savoir si le coupable avait été arrêté et mis en prison.

"Il y a un très gros travail psychologique à faire auprès [des élèves], auprès des enseignants aussi", déclare-t-il.

Une cellule d’accompagnement psychologique doit être mise en place ce lundi au collège où la rectrice Anne Bisagni-Faure a prévu de se rendre "pour témoigner de son soutien aux élèves et aux équipes".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Suicide d’Océane Bourdin, violée à plusieurs reprises : "On sait très bien que notre fille ne reviendra pas. Mais le sacrifice de notre fille doit servir à quelque chose"