Journalistes et opposants espionnés : Qu'est-ce que le scandale Pegasus?

·2 min de lecture

Des journaux du monde entier révèlent les méthodes d'espionnage utilisées par des Etats qui ont pu, grâce au logiciel d'une entreprise israélienne, surveiller à loisir opposants et journalistes. 

C'est un scandale international qu'a révélé dimanche soir un consortium de journaux associé à l'ONG Forbidden Stories et à Amnesty International. Les enquêteurs ont eu accès à une liste d'environ 50 000 numéros de téléphone ciblés par les Etats utilisant le logiciel Pegasus, un puissant mouchard vendu par la société israélienne NSO Group. Selon les conclusions de ce vaste travail, auquel ont participé «Le Monde» et Radio France en France, au moins 180 journalistes, 600 responsables politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprise font partie des personnalités ciblées. Des investigations ressort que Pegasus, contrairement aux affirmations de l'entreprise qui le commercialise auprès des Etats, sert fréquemment à surveiller la société civile.

Dans un communiqué, NSO Group assure que «l'enquête de Forbidden Stories est pleine de présupposés erronés et de théories dépourvues de fondement qui inspirent de sérieux doutes quant à la fiabilité et aux mobiles des sources». «Il semble que les "sources non identifiées" ont fourni des informations qui n'ont pas de base factuelle et sont éloignées de la réalité», ajoute l'entreprise.

Qui a été ciblé? L'ampleur de cette surveillance «sur mesure» est vertigineuse. Des proches de l'opposant saoudien Jamal Khashoggi, assassiné par l'Arabie saoudite en 2018, ont été espionnés, dont sa fiancée Hatice Cengiz. «Ainsi que NSO l'a déjà déclaré, notre technologie n'est associée en aucune manière au meurtre ignoble de Jamal Khashoggi», répond NSO Group dans le communiqué déjà cité. Selon «Le Monde», le Maroc a pour sa part ciblé de nombreux critiques du pouvoir et des journalistes. Le royaume s'est aussi intéressé à des cibles étrangères, dont une trentaine de(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles