Des journalistes de 146 pays condamnent le rachat de Twitter par Elon Musk

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Elle tire la sonnette d'alarme. Selon Europe 1, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) condamne le rachat du réseau social Twitter par le milliardaire sud-africain Elon Musk. La FIJ est la plus grande organisation de presse au monde, qui représente 600.000 journalistes à travers 146 pays.

Pour rappel, le 25 avril dernier, Elon Musk a proposé 44 milliards de dollars pour s'offrir l'un des réseaux les plus influents au monde. Il a depuis obtenu le feu vert du Conseil d'administration de Twitter.

Des projets inquiétants

Dans un communiqué aujourd'hui, la FIJ regrette que le réseau social à l'oiseau bleu soit bientôt dirigé par une seule personne, contre plusieurs actionnaires. La Fédération internationale des journalistes s'inquiète que les décisions prises par Elon Musk puissent menacer la liberté de la presse. Elle pointe notamment la volonté du patron de Tesla de contrôler davantage l'authentification des utilisateurs du site.

L'organisation de journalistes alerte aussi sur les dangers pour la protection de nombreux journalistes et de sources à travers le monde si l'anonymat devait être levé - l'un des projets présumés d'Elon Musk. Un autre projet du riche homme d'affaires interroge la FIJ : celui de diminuer la modération et la réglementation sur la plateforme. Selon elle, cette mesure pourrait augmenter les théories du complot et la désinformation.

Lire la suite


À lire aussi

Des journalistes américains tentent de passer une semaine sans utiliser Twitter
Le Palmashow se paye "TPMP", "C à vous" et "Le Grand Journal"
Charline Vanhoenacker se paye Vincent Bolloré et le nouveau "Grand Journal"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles