Journaliste tuée lors d'une opération israélienne en Cisjordanie, appels à une enquête transparente

© HANDOUT / AFP

Les appels à une enquête transparente se multipliaient après la mort de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, une des plus connues de la chaîne Al Jazeera , tuée par balle mercredi matin alors qu'elle couvrait une opération de l'armée israélienne en Cisjordanie occupée. Al Jazeera a accusé les forces israéliennes d'avoir tué "de façon délibérée" et de "sang froid" sa journaliste vedette, atteinte d'une balle dans la tête. Les autorités israéliennes ont martelé ignorer qui avait tué la journaliste, après avoir suggéré plus tôt qu'elle avait "probablement" été atteinte par des tirs de combattants palestiniens en marge d'affrontements à Jénine.

Un photographe de l'AFP à Jénine a fait état de tirs de l'armée israélienne et a vu le corps de la reporter qui portait un casque et un gilet pare-balles sur lequel était inscrit le mot "presse". Ce photographe a indiqué ne pas avoir vu de combattants palestiniens à proximité du lieu où la journaliste a été tuée. Un autre journaliste, Ali al-Samoudi, blessé lors de ces affrontements, a accusé l'armée israélienne d'avoir ouvert le feu sur les journalistes : "Nous étions en route pour couvrir l'opération de l'armée lorsqu'ils ont ouvert le feu sur nous (...) Une balle m'a atteint. La seconde balle a touché Shireen."

Atteinte d'une balle derrière la tête

Shireen Abu Akleh "s'est retournée en panique" lorsque son collègue Ali al-Samoudi a été touché par balle, et puis elle a été elle-même atteinte d'une balle derrière la t...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles