La journaliste Sonia Rolley expulsée de RDC: un signal inquiétant pour la presse

AFP - THOMAS COEX

La journaliste Sonia Rolley a été expulsée de la République démocratique du Congo. Notre consœur, ancienne du service Afrique de RFI et qui venait de rejoindre l'agence de presse Reuters, a été convoquée mardi 8 novembre à la Direction générale des migrations, et s'est vue confisquer son passeport à son arrivée, avant d'être mise manu militari dans un avion à destination de Paris via Addis-Abeba, sans même pouvoir récupérer sa valise. Elle attendait son accréditation, déjà payée, depuis septembre. Que sait-on sur les raisons de son expulsion ?

Selon nos sources, les agents qui ont interrogé Sonia Rolley au siège de la DGM à Kinshasa l'ont informée qu'elle n'était pas expulsée pour son travail à Reuters, mais pour ses « activités antérieures ».

Sonia Rolley s'est en effet attiré des inimitiés d'hommes politiques et d'affairistes congolais au fil de ses reportages, lorsqu'elle travaillait pour RFI, notamment avec l'enquête « Congo Hold-up », qui avait révélé d'importants détournements d'argent public en République démocratique du Congo.

Les autorités congolaises ont tenu à justifier les raisons pour lesquelles notre consœur n'avait pas pu rester dans le pays : « Il ressort de son dossier qu'elle s'est retrouvée en conflit avec les textes légaux et réglementaires régissant la police des étrangers ; et donc, en situation de séjour irrégulier », peut-on lire dans le communiqué.

►À relire : RDC : expulsion de la journaliste française Sonia Rolley

Ce que nous dit l'expulsion de Sonia Rolley de RDC


Lire la suite sur RFI