: Le journaliste avait insulté la première dame

En mai dernier, Pierre Salviac était viré de RTL après avoir posté sur Twitter un message sexiste sur Valérie Trierweiler. A l’époque, il avait fait amende honorable, mais aujourd’hui il assigne son ancien employeur en justice.

Six mois après avoir été viré de RTL, Pierre Salviac assigne la radio en justice. Un délai plutôt long mais que le journaliste justifie sur Twitter d’un laconique: «un dossier ça se prépare..». C’est d’ailleurs sur le site de micro-blogging que Pierre Salviac a révélé lui-même la nouvelle. «J’annonce que j’assigne RTL devant le TG1 pour atteinte à la liberté d’expression des journalistes sur leur compte personnel Twitter» a-t-il écrit jeudi en début d’après-midi.
Depuis, il passe son temps à répondre à tous ceux qui réagissent à son tweet. Et de manière plutôt virulente. «Qui es tu pour juger à la place des juges toi? » demande-t-il à un twittos qui se moquait de la liberté d’expression vue par Pierre Salviac, ou bien envoie un «rira bien qui rira le dernier» à un follower qui disait «ça fait du bien de rire» en citant son message d’assignation. Puis dans un style que n’aurait pas renié Philippe Torreton, il assène un « quand on ne connaît pas ce dossier on la ferme » à quelqu’un qui lui rappelait ses propos du mois de mai, après son licenciement : « j’ai trop de respect pour RTL ». Salviac affirmait alors « j’ai commis un pénalty et pris un carton rouge. Qu’on ne compte pas sur moi pour contester l’arbitre ».
L’origine de toute cette histoire est le message injurieux et sexiste que Pierre Salviac avait posté en mai dernier, quelques jours seulement après l’élection de François Hollande. «Baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver première dame de France;-)» avait-il écrit dans un message empreint de délicatesse et de poésie. Aujourd’hui, on voit que Pierre Salviac a le verbe toujours aussi fleuri et qu’il continue d’alimenter Twitter de ses salves incendiaires et pas vraiment drôles.
La justice va donc désormais déterminer si (...)

Lire la suite sur gala.fr

: Le journaliste avait insulté la première dame
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.