Charlotte Gabas (beIN Sports) ne veut pas que Pierre Ménès devienne le "centre des débats" sur le sexisme dans le journalisme sportif

·1 min de lecture

Pierre Ménès dans la tourmente. Dimanche dernier, Canal + a diffusé le documentaire de Marie Portolano intitulé Je ne suis pas une salope, je suis journaliste dans lequel plusieurs femmes journalistes ont évoqué des gestes déplacés à leur égard. Ces témoignages sur les violences sexuelles ont particulièrement fait réagir sur les réseaux sociaux et une autre polémique est intervenue. En effet, la chaîne cryptée a coupé au montage des passages embarrassants pour Pierre Ménès. Ce dernier a, dans un premier temps, participé au documentaire afin de s'expliquer sur les gestes déplacés qu'il a eu sur deux journalistes sportives. En 2011, il a embrassé Isabelle Moreau sur le plateau du Canal Football Club sans lui demander son consentement tandis qu'en août 2016, le chroniqueur du Canal Football Club a soulevé la jupe de Marie Portolano et lui a attrapé les fesses. Face au tollé provoqué par son attitude, il s'est excusé sur le plateau de Touche pas à mon poste lundi 22 mars, mais ses explications n'ont pas franchement convaincu les internautes.

Depuis, les témoignages sur les réseaux sociaux de journalistes sportives se multiplient. Charlotte Gabas, journaliste à beiN Sports a fait un thread sur Twitter dans lequel elle s'exprime sur son expérience et ses mésaventures à sa rédaction. "Il est important que Pierre Ménès ne devienne pas le centre des débats. Ce documentaire (excellent) et ses témoignages ont remué beaucoup de souvenirs : ceux, où l’on rit gênée quand un chef dézippe ton (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Le Prince Harry a trouvé un nouvel emploi !
Une enquête ouverte à Radio France après le témoignage édifiant d'une journaliste dans le documentaire de Marie Portolano
Baiser forcé de Pierre Ménès à Francesca Antoniotti : Estelle Denis "gênée, et même furieuse"au moment de cet épisode raconte un ancien collaborateur
"Des machins inutiles" : les mesures de Jean Castex critiquées par des membres du gouvernement
Meghan Markle et le prince Harry, mariés 3 jours avant leur noce officielle en 2018 ? Pas si sûr !