Le "Journal de l'Insoumission" sort en kiosque, sa rédaction fait valoir son autonomie avec LFI

Robin Verner
·2 min de lecture
La Une du numéro en kiosque lundi.  - Gabriel Amard
La Une du numéro en kiosque lundi. - Gabriel Amard

Un entretien de Jean-Luc Mélenchon, par ailleurs en couverture du magazine, 44 pages et un prix de 3,90 euros. Le Journal de l'insoumission débarque ce lundi chez les kiosquiers. S'il est le premier à gagner cette visibilité, il s'agit là du 18e numéro d'une publication née en 2016, dans le Jura, sur ces terres mêmes où le futur fondateur de la France insoumise a brièvement pratiqué le journalisme.

Gabriel Amard, son directeur de la publication, par ailleurs coordinateur de l'espace élus et contre-pouvoirs de la France insoumise et gendre de Jean-Luc Mélenchon, précise cependant auprès de BFMTV.com: la rédaction n'est pas le "journal officiel de la France insoumise". "Nous avons en référence le programme 'L'avenir en commun' mais on s'autorise parfois à aller un peu plus loin. Notre objectif est aussi d'avoir des débats croisés avec des gens d'un point de vue différent".

Tiré à 12.000 exemplaires

Il veut pour preuve de l'autonomie du journal le carambolage qui entoure son lancement. "Ça fait six mois qu'on parle de notre sortie en kiosque, et malgré tout le premier cahier de 'L'Avenir en commun' a été présenté mercredi. On n'a pas fait attention! Si j'avais su, je n'aurais pas choisi cette date. Tant pis".

En plus d'un grand entretien, les lecteurs trouveront notamment dans la magazine le témoignage d'un "citoyen engagé dans un combat qui vise à transformer la société", selon les termes du communiqué de presse, un dossier consacré à l'actualité française, une rubrique consacrée à l'eau, les questions internationales, mais aussi par exemple la présentation d'"un menu complet végétarien". "On essaye de l'élargir à un journal généraliste et d'éducation populaire", ponctue notre interlocuteur.

Le Journal de l'Insoumission revendique son impasse sur la publicité, appuyant uniquement son financement - après avoir renoncé aux subsides publics - sur les abonnements, que Gabriel Amard chiffre à 1600. Et la sortie en kiosque ne devrait pas changer la donne. Le directeur de publication sourit: "On ne s'attend pas à faire des bénéfices". Ce qui n'empêche pas l'ambition: le tirage de ce 18e numéro est de 12.000 exemplaires.

Article original publié sur BFMTV.com