Le journal d'extrême droite "Rivarol" privé des aides de l'Etat à la presse

Robinet coupé. Le journal d'extrême droite, "Rivarol", ne percevra plus de financements publics, comme l'a révélé Conspiracy Watch. Dans un tweet, repéré notamment par l'AFP, l'Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot, a indiqué, le 25 mai, que "la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) a décidé lors de sa réunion du 4 mai 2022 de retirer son agrément à l'hebdomadaire 'Rivarol', ce qui pourrait le priver à l'avenir de tout financement public direct et indirect".

"Hebdomadaire le plus raciste, le plus antisémite qui soit"

En mars, une trentaine d'historiens et de personnalités, parmi lesquels Beate et Serge Klarsfeld, défenseurs de la mémoire des déportés de France, avaient protesté contre les "aides publiques indirectes" dont bénéficiait "Rivarol". "Notre pays accorde des facilités à 'Rivarol', hebdomadaire le plus raciste, le plus antisémite et le plus négationniste qui soit", écrivaient-ils dans une tribune publiée dans "Le Monde", en demandant à la CPPAP de retirer son agrément à l'hebdomadaire. En novembre, le député La République en marche, Jean-Louis Touraine, avait également interpellé à ce sujet la ministre de la Culture d'alors, Roselyne Bachelot.

Le directeur de publication, Jérôme Bourbon, a en effet été condamné une quinzaine de fois, en particulier pour provocation à la haine, contestation de crime contre l'humanité et injure raciste. En décembre, il avait été condamné...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles