Journées du patrimoine : quand les plaques commémoratives reprennent vie

·1 min de lecture

Une plaque commémorative après l?autre. Entre 20 heures et minuit ces vendredi et samedi, à l?occasion des Journées du patrimoine, toutes celles et tous ceux qui ont été impliqués, qui se sont engagés jusqu?à donner leur vie pendant la Seconde Guerre mondiale et que des plaques, partout dans Paris, honorent vont revivre sur les façades du temple de la République. Le Panthéon, qui sera aussi ouvert à la visite ce week-end, sert de grand écran pour l?installation événement du graphiste Philippe Apeloig.

Son histoire familiale est à l?origine de ce rendez-vous avec les plus célèbres, comme Pierre Brossolette (qui est le plus présent sur les murs de Paris), mais aussi les inconnus, lycéens, tirailleurs, salués par ces humbles morceaux de pierre ou de marbre apposés au fil du temps dans la capitale. « J?ai commencé à les observer quand ma mère en a fait apposer une, en 2004, en hommage aux Justes du village où elle avait été cachée enfant. Depuis, j?ai entrepris de photographier toutes les plaques parisiennes commémorant la Seconde Guerre mondiale et de les rassembler dans un livre, Enfants de Paris 1939-1945, publié aux éditions Gallimard en 2018. »

Cette formidable enquête de plusieurs années ? qui se poursuit, car un nouvel opus, Ces murs qui nous font signe, complète le beau livre ? précède donc l?installation qu?accueille le Centre des musées nationaux : 1 300 plaques de tous styles et genres défilent par arrondissement sur ces murs. « Nous avons sillonné to [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles