Les Journées cinématographiques de Carthage en mode "best of" pour défier le "Corona"

Falila Gbadamassi
·1 min de lecture

Les cinéphiles tunisiens peuvent de nouveau savourer le plaisir de voir un film en salle grâce aux Journées cinématographiques de Carthage (JCC). Leur programmation 2020 (longs, courts et documentaires), adaptée à la situation sanitaire, leur offrira le meilleur du cinéma arabe et africain sur trois décennies. Elle consiste en une rétrospective de films qui ont marqué l'histoire des JCC depuis leur création en 1966 jusqu'à 2019. Le public pourra également découvrir en avant-première cinq films. Entre autres, L’Homme qui a vendu sa peau de la Tunisienne Kaouther Ben Hania (présenté à dernière Mostra de Venise), La Nuit des rois de l’Ivoirien Philippe Lacôte (séléctionné en 2020 par le FIFF de Namur) ou encore le documentaire Le Disqualifié du Tunisien Hamza Ouni. La 31e édition des JCC rendra hommage à plusieurs personnalités du cinéma arabe et africain : la Tunisienne Salma Baccar, le Mauritanien Med Hondo, le Sénégalais Djibril Diop Mambéty, le Tunisien Abdellatif Ben Ammar et ainsi qu’au premier ministre de la Culture tunisien, Chedli Klibi, disparu en mai 2020. Selon le nouveau directeur général des JCC, Ridha Behi, c'est l'homme qui a poussé le critique tunisien Tahar Cheriaa et le cinéaste sénégalais Ousmane Sembène à créer le festival. L’acteur égyptien Abdelaziz Makhyoun, qui a notamment joué (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi