Journée de la Terre : comment la réintroduction de 20 espèces de mammifères changerait l'avenir de la Planète

·2 min de lecture

Certaines espèces animales ont un impact plus important que d'autres sur l'écosystème qu'elles occupent. Il s'agit des « espèces clés de voûte », des espèces qui assurent l'équilibre écologique de leur milieu et dont la protection, ou la réintroduction, permet de restaurer des zones naturelles dégradées. Parmi ces espèces clés, on trouve évidemment les pollinisateurs comme les abeilles, mais aussi les vers de terre ou encore les étoiles de mer. Mais certains des plus grands mammifères terrestres en font également partie.

Réintroduire de grands prédateurs et herbivores permet de restaurer la biodiversité

Une étude de l'organisation Resolve et du Programme pour l'Environnement des Nations Unies (Unep) met en lumière le fait que la réintroduction de certains grands mammifères, parfois mal aimés, aurait un effet remarquable sur la restauration globale de la biodiversité de notre Planète. L'étude, publiée dans le journal Ecography, identifie 7 prédateurs et 13 herbivores indispensables à l'équilibre écologique de différentes régions du globe :

  • En Europe, la réintroduction du bison d'Europe, du castor d'Eurasie, du renne, du loup et du lynx permettrait de restaurer les populations historiques de grands mammifères dans 35 écorégions.

  • En Asie, la réintroduction des chevaux et des loups sauvages dans l'Himalaya augmenterait de 89 % le nombre de grands mammifères dans la région.

  • En Afrique, la réintroduction d'hippopotames, de guépards, d'antilopes communes tsessebe, de lycaons et de lions pourrait faire plus que doubler la biodiversité.

  • En Amérique du Nord, la réintroduction ciblée ou l'amélioration de la protection des ours noirs d'Amérique, du bison d'Amérique et du glouton auraient un impact majeur sur la faune et la flore.

  • En Amérique du Sud, la réintroduction du jaguar, du pacarana, du cerf des pampas, du cerf des marais et du pécari à lèvres blanches permettrait de « renaturer » des centaines de milliers de kilomètres carrés.

L'Unep estime que la réintroduction du...
L'Unep estime que la réintroduction du...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles