Publicité

Journée mondiale des océans : La lutte contre le réchauffement, une priorité pour la santé des mers

Alors que les Nations unies célèbrent ce jeudi la Journée mondiale des océans, une nouvelle alarmante vient s'ajouter à la liste des préoccupations environnementales.

La surface des océans a connu son mois de mai le plus chaud jamais enregistré.

Cette tendance inquiétante s'inscrit dans un contexte plus large de réchauffement climatique qui entraîne des "effets en cascade sans précédent", selon les spécialistes.

Parmi ces effets, on note la fonte des glaces, les vagues de chaleur océaniques et l'acidification des océans. La fonte accélérée des calottes glaciaires contribue à l'élévation du niveau de la mer, menaçant les populations côtières et les écosystèmes côtiers fragiles.

Les vagues de chaleur océaniques, quant à elles, perturbent les écosystèmes marins, entraînant la migration des espèces et la destruction des habitats.

Enfin, l'acidification des océans, résultant de l'absorption de dioxyde de carbone par l'eau de mer, a des répercussions néfastes sur les coraux et les organismes marins à coquille.

Pêche industrielle et pollution plastique : menaces supplémentaires

Outre les conséquences directes du réchauffement climatique, les spécialistes mettent en avant l'impact destructif de la pêche industrielle et de la pollution plastique sur les océans.

Selon Lucy Woodall, professeur associé de biologie et de politique de conservation marine à l'université d'Exeter, ces pressions multiples ont un impact massif sur le fonctionnement des océans et les avantages qu'ils procurent à l'ensemble de la planète.

La pêche industrielle non réglementée ou mal réglementée met en péril la vie marine et les écosystèmes fragiles. En parallèle, la pollution plastique, l'un des déchets les plus nocifs pour l'environnement, représente un défi majeur.

C'est pourquoi la semaine dernière, un projet de traité visant à mettre fin à la pollution plastique a été convenu, constituant une étape préliminaire mais cruciale dans la lutte contre ce fléau.

Des solutions urgentes : réduire les émissions de CO2 et créer des zones protégées

Face à ces menaces grandissantes, les spécialistes appellent à une action immédiate. Réduire les émissions de dioxyde de carbone à l'échelle mondiale est crucial pour ralentir le réchauffement des océans. Actuellement, l'océan absorbe déjà 25% de toutes les émissions de CO2, mais sa capacité d'absorption atteint ses limites.

Cassandra Brooks, professeur adjoint en études environnementales à l'Université du Colorado Boulder, souligne l'importance de créer des zones protégées à grande échelle pour préserver les océans et leur biodiversité fragile.

La Journée mondiale des océans doit être une occasion pour les nations de travailler ensemble et d'apporter des solutions viables, tant à l'échelle nationale qu'internationale, afin de faire face aux dégâts causés par la crise climatique.

En concluant un projet de traité visant à mettre fin à la pollution plastique, la communauté internationale marque un pas en avant significatif. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour préserver nos océans, ces précieux écosystèmes qui jouent un rôle vital pour notre planète.