Journée mondiale des océans : les aires marines protégées sont menacées par un décret, selon l'association Bloom

JEAN-MICHEL MILLE / ONLY FRANCE / AFP

Un décret paru le 13 avril 2022 au Journal officiel redéfinit la notion d'aire marine protégée : il autorise les activités humaines à impacts "limités" dans les zones de protection forte. A l'occasion de la Journée mondiale des océans, le 8 juin, l'association Bloom appelle le gouvernement à retirer ce texte de loi, qu'elle juge dangereux pour la biodiversité et le climat.

"Une escroquerie du Président Macron". Les avocats de l’association Bloom ont choisi d’employer ces termes pour fustiger un signé le 12 avril 2022. A l’occasion de la Journée mondiale des océans, le 8 juin 2022, l'association dépose un recours gracieux demandant au gouvernement de M. Macron de retirer ce texte de loi. Après l’avoir analysé, elle estime qu'il vide de son sens le concept d’aire marine protégée (AMP). La nouvelle notion de "zone de protection forte" est particulièrement problématique, d'après Bloom. Le décret permet que "les pressions engendrées par les activités humaines susceptibles de compromettre la conservation des enjeux écologiques de cet espace" soient "évitées, supprimées ou significativement limitées". Ces zones comprennent les zones de protection intégrale et de protection renforcée. Jusqu’à présent, seuls les usages récréatifs comme la plongée, la navigation de plaisance ou encore la recherche scientifique y étaient autorisés. Tel qu’il est rédigé, le texte permet à présent de pratiquer des activités de pêche autrefois interdites.

S'aligner sur les standards internationaux

Pour Bloom, cette nouvelle définition d’une aire marine protégée ne prend pas en compte les recommandations de la communauté scientifique. Selon le , une zone de "protection forte" doit interdire toute activité extractive ou infrastructure industrielle, y compris les pêches, pour être efficace. L'association demande donc au gouvernement d’adopter une définition claire des niveaux de protection marine en s’alignant sur les standards internationaux. D'autant plus qu'en matière de protection de l'océan, la France a une forte responsabilité.

Les océans jouent un rôle majeur

Le pays dispose du . Emmanuel Macron a pris l'engagement de protéger 30% des eaux françaises, dont 10 % "en pleine naturalité" ou en "protection forte". Mais le nouveau décret compromet ces objectifs. Pourtant, la bonne santé de l’océan est un enjeu vital. En tant que puits de carbone, il absorbe près d'u[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles