Journée de l’autisme : la France doit « rattraper son retard », selon Macron

Source AFP
·1 min de lecture
Emmanuel Macron a joué avec une petite fille lors de sa visite de l'unité pour autistes de l'hôpital psychiatrique de Saint-Égrève.
Emmanuel Macron a joué avec une petite fille lors de sa visite de l'unité pour autistes de l'hôpital psychiatrique de Saint-Égrève.

Ce vendredi 2 avril, c'est la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. À cette occasion, Emmanuel Macron est allé visiter un centre de soins pour autistes près de Grenoble, l'objectif étant aussi de faire le point sur le 4e plan quinquennal lancé en 2018. Le début de sa visite à l'hôpital psychiatrique de Saint-Égrève (Isère) a été marqué par un rassemblement de soignants protestant à l'appel de la CGT, devant une autre entrée, contre le manque de moyens et de lits dans l'établissement.

Accompagné de la secrétaire d'État aux Personnes handicapées Sophie Cluzel et de la déléguée interministérielle à l'autisme Claire Compagnon, le chef de l'État devait échanger avec des parents et des professionnels. « Nous devons absolument rattraper notre retard » dans le domaine de la psychiatrie et de l'autisme, a déclaré Emmanuel Macron. « Sur la santé mentale, c'est un immense chantier sur lequel la France avait historiquement pris du retard. L'épidémie (de coronavirus) a ralenti sa mise en oeuvre, mais elle l'a aussi rendu encore plus nécessaire et nous conduit à prendre des choix plus radicaux », a insisté le chef de l'État.

Quid de la « stratégie autisme » lancée en 2018 ?

La plateforme iséroise de repérage, de diagnostic et d'intervention précoce est l'une des premières installées sur le territoire. Elle a déjà accueilli plusieurs centaines d'enfants. La création de ces structures gratuites était l'une des mesures phares de la « stratégie autisme » lancée en a [...] Lire la suite