Manifestations du 1er mai : 170 000 personnes dans la rue

Source AFP
·1 min de lecture
À Paris, la brigade de répression de l'action violente a dû intervenir contre une « tentative de constitution de black bloc », a-t-on appris de source policière.
À Paris, la brigade de répression de l'action violente a dû intervenir contre une « tentative de constitution de black bloc », a-t-on appris de source policière.

Du muguet et des manifestations : pour la deuxième année d'affilée, les syndicats ont célébré samedi la Journée internationale des travailleurs à l'aune du Covid-19, mais cette fois la mobilisation sociale a repris des airs classiques dans la rue. « L'an dernier, il y a eu de la frustration de ne pas pouvoir défiler. Nous reprenons nos bonnes habitudes », s'est réjoui le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, après un 1er mai 2020 confiné. Et d'affirmer qu'il n'est pas question de « sonner le réveil » des mobilisations sociales, car « les colères sont déjà bien là », dans un entretien à L'Humanité vendredi.

La centrale de Montreuil avait appelé, avec FO, la FSU et Solidaires à faire du 1er mai une « journée de mobilisation et de manifestations », « pour l'emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde ».

Les autorités s'attendaient à environ 100 000 manifestants sur l'ensemble du territoire. Plus de 170 000 personnes (106 650 selon le ministère de l'Intérieur) ont manifesté en France pour le 1er mai, dont 25 000 (17 000 selon les autorités) à Paris, malgré la pluie et le contexte sanitaire, a annoncé la CGT à l'Agence France-Presse. En 2019, le ministère de l'Intérieur avait comptabilisé 164 000 manifestants et la CGT 310 000.

Affrontement entre policiers et black blocks à Lyon, des heurts à Nantes

À Lyon, où 3 000 personnes ont défilé selon la préfecture, un bref affrontement a éclaté en dé [...] Lire la suite