Publicité

Journée des femmes de science: les modèles scientifiques féminins manquent à l'appel

Un tiers des chercheurs dans le monde sont des femmes et les progrès piétiennent depuis dix ans. Certaines disciplines sont toujours boudées par les jeunes filles, comme les mathématiques, la physique ou les sciences de l'ingénieur. Et les obstacles sont dispersés tout au long des parcours.

On sait que les cerveaux féminins et masculins sont aussi prédisposés les uns que les autres aux disciplines scientifiques, on sait aussi que les gouvernements investissent de plus en plus dans les programmes d'égalité des genres. Comment expliquer alors que les filles restent minoritaires dans ces disciplines ? À cause de des stéréotypes solidement ancrés, selon Ana Persic, chargée des politiques scientifiques à l'Unesco. Autrement dit, devenir scientifique n'est pas une évidence lorsqu'on est écolière. Et sans modèle, cela ne risque pas de changer :

« Nous avons des femmes scientifiques incroyables, mais elles se font rares dans les manuels scolaires, dans les médias. Nous avons fait une expérience récemment dans une école. On a demandé aux élèves de dessiner un scientifique [a scientist, en anglais, qui ne distingue pas masculin et féminin, NDLR]. La plupart des enfants ont dessiné un homme. C'est sur ces choses-là que nous devons travailler. »

Une recommandation martelée depuis des années, mais les progrès sont trop lents considère l'Unesco et toujours pétris de paradoxes. Car là où l'écart entre les genre se réduit, aux Caraïbes par exemple, ou en Asie centrale: c'est au plafond de verre que se heurtent ensuite nombre de diplomées, empêchée de devenir modèle à leur tour.

Entre carrière et enfant, il (ne) faut (plus) choisir


Lire la suite sur RFI