Jour de vote au Chili: les électeurs se prononcent pour ou contre la nouvelle Constitution

Ce dimanche les Chiliens votent pour dire s’ils approuvent, ou non, le texte de la nouvelle Constitution écrite par une assemblée élue, paritaire -c’est une première mondiale, et avec la participation des peuples indigènes. Le texte a été largement débattu et le débat très polarisé.

Parité et droits sociaux garantis, reconnaissance d’un état plurinational ou encore régionalisation, sont quelques-unes des propositions de ce texte jugé progressiste voire novateur par des observateurs internationaux. Mais au Chili, il est loin de faire l’unanimité et il divise la population, rappelle notre correspondante, Naïla Deroisné. Les sondages prédisent d’ailleurs un rejet du projet de Constitution.

À lire aussi : Au Chili, un référendum constitutionnel du 4 septembre très disputé

Que de passera-t-il en cas de rejet du texte ?

Enfin, si c’est le « rechazo » qui gagne, certains craignent un retour en puissance des protestations, surtout venant du monde étudiant, largement favorable à la nouvelle Constitution. « Nous sommes dans une situation avec une grande polarisation sociale, où il est possible qu’on ait des manifestations et des grèves si le "rechazo" gagne. Car pour une partie de la population le rejet de la nouvelle Constitution est synonyme de conflit social », prédit le sociologue.

Et en cas d'approbation ?

Enfin, quel que soit le résultat, Gabriel Boric aura la lourde tâche au lendemain du vote de rassembler un pays déjà divisé et au sein duquel une certaine forme de lassitude commence à se faire sentir.


Lire la suite sur RFI