Ce jour où Vladimir Poutine a recruté une superbe traductrice pour distraire Donald Trump

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Juste après l'élection de Donald Trump, en novembre 2016, la presse attaquait ce dernier sur l'ingérence russe dans le vote aux Etats-Unis. Intrusions informatiques, piratage des démocrates, faux comptes sur les réseaux sociaux... Les agents venus du froid auraient exploité les failles du système pour favoriser le républicain au détriment d'Hillary Clinton. Si Donald Trump s'est défendu en public d'une quelconque accointance avec Poutine, en privé, selon ce que relate Stephanie Grisham, l'entente était plus que cordiale entre les deux dirigeants.

Lors du G20 à Osaka en 2019 le chef d'Etat américain est sommé par la communauté internationale de tancer et d'intimider Vladimir Poutine pour avoir bafoué à plusieurs reprises les droits de l'Homme. On lui reproche alors son absence de fermeté avec son alter ego russe auquel il tient, selon Stephanie Grisham, un discours effectivement clément en privé. "Ok, je vais devoir agir un peu fermement avec toi pendant quelques minutes, mais c'est pour les caméras. Et quand elles seront parties, on parlera. Tu comprends".

De son côté, connaissant la réputation de coureur et d'amateur de femmes de son interlocuteur, Poutine, qui lui même fait très attention à son physique, aurait personnellement veillé à celui de la traductrice en charge de faire passer ses propos. C'est ainsi qu'il aurait sciemment amadoué Donald Trump en embauchant une belle brune.

Toujours selon Stephanie Grisham, c'est la conseillère du président des Etats-Unis en charge (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - "Il a pété les plombs !" : Laurent Ruquier atomisé chez Pascal Praud
François Mitterrand : comment sa maîtresse a découvert l'existence d'Anne et Mazarine Pingeot
Cyril Hanouna : cette blague sur Yannick Jadot qui a fait rire Isabelle Saporta
Harry "prince de l'hypocrisie" ? Ce projet qui le met une nouvelle fois à mal
"Je crois en l'amour avec un grand A" : Gil Alma optimiste malgré son divorce

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles