"Le jour où je vends à Donald Trump les actions de mes casinos", par la Baronne Marianne von Brandstetter

·2 min de lecture

Quand l'amour de ma vie décède, en 1986, je me retrouve à la tête d'une fortune : des parts dans des casinos des Bahamas et d'Atlantic City, que convoite Donald Trump. Il va faire la preuve de sa détermination d'homme d'affaires implacable.

Au début, Trump n’était pas un ami mais un concurrent. Il était même l’ennemi numéro un de mon compagnon. Dans les années 1980, je vivais alors avec le richissime James Crosby, un milliardaire américain à la tête d’un groupe financier familial détenant, entre autres, la majorité des actions des casinos d'Atlantic City et des Bahamas. Nous habitions de magnifiques suites dans les deux hôtels du groupe, dans le New Jersey et les Caraïbes, où j’avais un jour laissé ma chambre à l’impératrice Farah d’Iran. Jim avait fait orner de mes initiales un de ses hélicoptères qui, peint en or, m’était réservé pour mon shopping. A New York, je me posais sur le toit des gratte-ciel. Nous nous aimions profondément et j’avais quitté pour lui mon mari, le diplomate hongrois Brandstetter, avec qui je vivais à Acapulco. Trump pourchassait Jim car il voulait acquérir ses actions et posséder ses casinos. Cela passait par des cabinets d’avocats, mais Jim ne voulait rien vendre. Trump était alors marié à Ivana, ex-championne olympique de ski devenue par la suite une de mes plus proches amies, et avec laquelle je skie à Aspen.

"

Trump m'assaille d'appels et de fleurs

"

Malheureusement, Jim, qui a des problèmes respiratoires, décède d’une crise cardiaque à la suite d’une opération des poumons. Je me retrouve veuve et désespérée. La famille de Jim, qui a vu à quel point je me suis occupée de lui pendant qu’il était malade, n’attaque pas son testament. Me voilà ainsi héritière d’un nombre considérable d’actions de ses casinos. Trump me harcèle alors pour que je lui cède mon capital, sans plus passer par les cabinets d’avocats. Je lui dis non régulièrement mais il m’assaille d’appels et de fleurs.(...)


Lire la suite sur Paris Match