Le jour où la reine Elizabeth II a déjoué un « complot » de Boris Johnson

Le Premier ministre Boris Johnson devant le 10 Downing Street, à Londres, en juillet 2019. - Credit:Tolga Akmen/AFP

Dans un livre, un journaliste du « Financial Times » raconte comment le Premier ministre de l’époque a tout tenté pour sauver sa place. C’était sans compter sur la souveraine résistance.

D'un côté, un Premier ministre britannique assailli de toutes parts, qui refuse de démissionner malgré les départs en cascade de membres de son gouvernement. De l'autre, une souveraine nonagénaire qui s'est toujours efforcée de rester au-dessus de la mêlée politique, tout au long de ses 70 ans de règne.

Mais en juillet 2022, Elizabeth II, bien que malade et affaiblie, a déjoué un « complot » ourdi par Boris Johnson pour demeurer au pouvoir. C'est ce qu'affirme, preuves à l'appui, Sebastian Payne, chef du service politique du Financial Times, dans son livre-choc, The Fall of Boris Johnson (Palgrave Macmillan, novembre 2022, non traduit).

Dernier atout

Le 6 juillet 2022, Boris Johnson est dos au mur. À la suite d'un scandale de mœurs impliquant l'un de ses plus proches collaborateurs, ministres et secrétaires d'État démissionnent en masse. Les appels au renoncement se multiplient au sein de la majorité.

Pour enrayer l'hémorragie et rester au 10 Downing Street, le chef du gouvernement sort de sa manche son dernier atout : demander à la reine de dissoudre la Chambre des communes et d'organiser des élections anticipées. À ses yeux, pareille menace devrait faire rentrer dans le rang les rebelles de la formation au pouvoir qui serait anéantie lors d'un scrutin anticipé.

À LIRE AUSSI Jonathan Coe : « Mon Boris est-il vraiment Boris Johnson ? »

Son leitmotiv, répété à en indisposer, pour demeurer à la tête du gouvernement, est son triomphe aux urnes de décembre 2019 qui a [...]

Lire la suite

VIDÉO - La Minute d'Elizabeth II