Le jour où le labrador de Vladimir Poutine a effrayé la chancelière Angela Merkel qui a la phobie des chiens

France 2
·1 min de lecture

"Angela Merkel n’a pas peur de grand-chose, mais elle a peur des chiens, et il y en a un qui a su utiliser cette peur de manière totalement cynique et machiavélique, c’est Vladimir Poutine", raconte Marion Van Renterghem, auteure de la biographie Angela Merkel, l’ovni politique (éd. Les Arènes-Le Monde) au magazine "20h30 le samedi" (replay).

Lors de pourparlers russo-allemands en 2007, le labrador noir Connie du président russe est entré dans le bureau… "Elle m’avait raconté cet épisode qui l’avait considérablement marquée de sa rencontre avec Poutine, se souvient l’ancien président de la République François Hollande. Elle m’a dit que Poutine savait qu’elle n’aimait pas les chiens, ce qui m’avait d’ailleurs assez bien éclairé sur la personnalité de Vladimir Poutine."

"Le message est lisible dans le non-verbal"

"On voit Poutine sourire légèrement car, au fond, tout ça l’amuse beaucoup, estime le spécialiste en communication politique Philippe Moreau-Chevrolet. Cela envoie au public un message parce qu’il voit sur cette photo que Merkel a peur en présence de Poutine. Donc, le message est lisible dans le non-verbal."

L’ancien chef de l’Etat français connaissait cette phobie de la chancelière fédérale d’Allemagne : "Bien sûr, je ne lui ai imposé à aucun moment Philae [la femelle labrador de François Hollande] qui est innocente de tout. Finalement, nous avons travaillé tous les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi