Le jour où j'ai failli ne jamais faire la Star Academy, par Mario Barravecchia

·2 min de lecture

Il était finaliste de la première saison au côté de Jenifer. Vingt ans après le tourbillon de la Star Academy, Mario Barravecchia nous raconte comment il a failli louper sa participation au télé-crochet.

«J'ai grandi en Belgique. Un tout petit mais merveilleux pays. Les Belges m'ont donné beaucoup d'amour pendant plus de 20 ans. Malheureusement, pour y vivre de la musique, c'est très compliqué. Quand on divise le pays entre la région bruxelloise, la région flamande et la région wallonne, il reste 4 millions d'habitants francophones. Et il y avait peu d'émissions de télévision à l'époque, on fait vite le tour. Difficile de se faire repérer. Pour nous, artistes belges, dépasser la frontière et venir chanter en France, c'est le Graal. C'est déjà en soit une réussite.

J'ai été élevé par un papa restaurateur et une maman qui travaillait à l'usine. Je n'avais jamais mis les pieds à Paris, ou peut-être une seule fois en étant gamin. Un jour je me suis dit qu'il fallait que je parte, que je tente ma chance. J'ai prévenu ma mère de mon choix, lui disant que je ne pouvais pas vivre de la musique si je restais. Je l'ai rassurée en lui disant que j'avais des amis sur place qui étaient partants pour me loger et m'aider à trouver du travail, ce qui était complètement faux.

Après avoir vu une annonce sur internet, je me suis installé dans une chambre de bonne située cité de Trévise dans le IXe arrondissement. Je ne savais pas ce que voulait dire «chambre de bonne», je ne savais pas non plus comment estimer les mètres carrés : lorsque je me suis installé, j'ai compris qu'il s'agissait d'un placard sous les toits et que ce n'était probablement pas légal. Heureusement que je n'étais pas bien grand, car le plafond était vraiment mansardé.

Les premiers jours, je pleure beaucoup. Je remets tout en doute et je me demande si j'ai bien fait de venir dans cette jungle. J'avais 4000 francs dans la poche. J'ai commencé à trouver des petits(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles